Rechercher
  • Evelyne Damé

Une nouvelle approche de Georges Brassens

Dernière mise à jour : il y a 5 jours

« Renaissance » de Martin Niels.



En cette année 2021 qui marque le centenaire de la naissance de Brassens auquel la France entière et Sète en particulier rendent hommage, « Renaissance » n’a pas la prétention d’apporter de nouvelles révélations sur l’œuvre et la vie de ce grand poète.

« Renaissances » est avant tout un roman-fiction né de l’imagination de Martin Niels, fervent admirateur de Georges Brassens.

Une histoire d’amour personnelle en parallèle, rythmée par les chansons de Georges inspirées de sa muse « Püpchen », et les péripéties d’un voyage motivé par une enquête improbable.







Extrait1 : L’air me fait du bien, la vitesse me grise. J’éprouve la sensation agréable du vent qui me décoiffe et me nourrit de sa touffeur odorante. Bientôt, j’aperçois le Mont Saint-Clair au loin sur la gauche. Il est à Sète ce que la Tour Eiffel est à Paris ou le Mont Saint-Michel à la France. (…) Un panneau orange m’indique la direction du mont tandis qu’un autre pointe l’étang de Thau en contrebas, magnifique étendue derrière la mer …(…)


Extrait 2 : (…) Je regarde cette jeune femme avec la curiosité du touriste. Je n’aime pas qu’on

m’aborde dans la rue. J’ai le contact épineux (…). « Vous ne voulez pas voir d’où Brassens s’élançait pour dévaler la rue à toute vitesse dans une caisse à roulettes quand il était gamin ? »(…) Elle a un léger accent du sud mais ne semble pas native d’ici, mis à part des cheveux de jais qui retombent sur ses épaules.


Extrait 3 : « L’ambassade d’Estonie se situe à Paris dans le huitième arrondissement. Je descends à la station Miromesnil pour tomber dans la rue de Baume, une petite rue parallèle au boulevard Haussmann situé un peu plus haut. (…) J’aperçois Juliette qui m’attend de pied ferme. (…) Nous suivons notre guide dans les dédales de l’ambassade, les yeux grands ouverts à mesure que nous grimpons le grand escalier de cet immeuble cossu. (…)  « Vous souhaitiez en savoir plus sur Joha Heiman si je comprends bien ? »


Extrait 4 : J’ai le sentiment que nous sommes allés un peu trop loin dans cette histoire dont les secrets nous dépassent. Pourtant, lorsque nous retrouvons le calme de l’impasse, nul besoin d’échanger nos impressions pour créditer la véracité de cette histoire.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout